Avez-vous croisé notre nouvelle consœur Roukayatou Idrissa Abdoulaye? La flamboyante et sympathique jeune femme s’est jointe à l’équipe du Service des sports, de la culture et de la vie communautaire le 21 septembre dernier, à titre d’agente de liaison.

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Roukayatou représentera Sherbrooke (à la fois ville et MRC) au sein du Réseau d’accueil estrien pour l’intégration et la rétention des nouveaux arrivants dans chacune des MRC de l’Estrie. Parmi ses autres mandats, Roukayatou travaillera à l’obtention de l’accréditation de Sherbrooke, Cité interculturelle; un mandat qui la stimule beaucoup!

« J’ai travaillé durant trois ans à la MRC du Val-Saint-François et à celle des Sources, à titre d’agente de mobilisation et développement en immigration. Je connais ce milieu », nous confie-t-elle d’entrée de jeu.

 

Arrivée à Sherbrooke en 2008, notre collègue n’a pas transité par Montréal, ce dont elle est bien fière. « C’est l’amour de Jean-Benoît, Québécois pure laine, qui m’a amenée ici » dit-elle en riant. « Il rêvait de voir et surtout de connaître un peu mieux l’Afrique noire et ses amis (des connaissances à moi, par un heureux hasard) lui ont suggéré d’avoir un contact avant de visiter, afin de ne pas se faire avoir, ce qui peut, malheureusement, arriver quand on est touriste novice en Afrique. Ce contact, c’était moi et je l’ai accueilli au Niger (pas au Nigéria, je le précise toujours) les deux fois où il est venu. Ça m’a permis de redécouvrir mon pays! On est monté à dos de dromadaire, on a visité l’une des dernières réserves de girafes en Afrique. Au fil des visites, découvertes et discussions autour d’un verre ou d’un café, une amitié puis l’amour se sont développés », nous raconte la jeune femme avant de poursuivre sa jolie histoire.

« Il m’a invitée à venir le visiter dans son coin de pays, à Sherbrooke. À l’époque j’étais étudiante à la maîtrise et j’habitais chez mes parents à Niamey. Mais en été 2007, on a décidé de se marier : on s’aimait et cela faisait en sorte que je pouvais plus facilement venir vivre avec lui. Puisque je suis musulmane, il a dû se convertir à l’Islam. Pour ce faire, un mouton fut égorgé en présence des marabouts (prêtres musulmans) qui ont scellé le tout selon la tradition. Le mouton fut dépecé en morceaux et partagé aux plus démunis. C’était là le baptême où Jean-Benoît a pris le nom arabo-musulman de Hassan. On a fait un mariage traditionnel chez moi, ainsi qu’un mariage civil : on s’est marié devant Dieu et devant les hommes comme on dit », nous rapporte la mère de Malick, 11 ans, et de Jasmine, 7 ans.

Comment s’est passé l’arrivée au Québec? « J’ai mis les pieds à Sherbrooke pour la première fois par un beau jour d’été… mais j’avoue que je suis et serais toujours une fille du soleil toute ma vie! Je n’aime pas beaucoup l’hiver. Par contre, j’aime le temps des Fêtes, de plus en plus. C’est beau et doux, toutes ces lumières et la bienveillance qui semble s’emparer des gens durant cette période », nous dit-elle.

Vous pensez avoir déjà vu Roukayatou? C’est peut-être parce qu’elle a participé à la deuxième saison du Gros Labo, animé par Jean-René Dufort et tourné à l’Université Bishop’s, en juillet 2019.

« Mon chum regardait la première saison et moi, j’écoutais d’une oreille, tout en faisant autre chose. Un soir, je rentrais de travailler et Jean-René Dufort était en entrevue avec Renée Dumais-Beaudoin, à la radio de Radio-Canada. Il y lançait un appel aux Québécois et aux Québécoises représentant la diversité. « J’ai eu l’impression qu’il me parlait à moi directement! J’ai fait toutes les étapes de sélection, même si j’étais en mission à Dunkerque lors de l’étape de l’audition en personne. On a fait une entrevue par téléphone. Je pense que ça a été l’une des meilleures expériences de ma vie! On était dans une bulle, 100 cobayes de 20 à 82 ans qui sommes redevenus des adolescents durant 10 jours. Coupés de tout, sans cellulaire », nous raconte celle qui a également participé au jeu-questionnaire français Question pour un champion.

Pour ceux qui veulent voir les tests auxquels elle a été soumise, la deuxième saison du Gros Labo est en ce moment diffusée, tous les dimanches, juste avant Tout le monde en parle.

Souhaitons la bienvenue à notre pétillante collègue laquelle, nous en sommes persuadés, assumera ses fonctions dans la bonne humeur et l’efficacité!